mardi , 24 octobre 2017
Accueil / Culture / Le théâtre de Batna ne laisse jamais le spectateur indifférent

Le théâtre de Batna ne laisse jamais le spectateur indifférent

Le Théâtre régional de Batna nous avait habitué par le passé à du bon théâtre et quand on nous annonça la semaine de Batna conjointement avec Tissemsilt du 23 au 25 courant, on s’est frotté les mains.

Le Théâtre régional ‘Djillali Benabdelhalim’ de Mostaganem nous réservera une surprise à savoir en programmant la pièce batnéenne en ouverture – en amazigh – et le lendemain en arabe ; à l’inverse de ce qui était annoncé sur les réseaux sociaux.

Le public n’a pas suivi et la salle se trouva clairsemée, cela n’empêcha pas le trio d’évoluer en toute aisance. On tentait e comprendre à partir du jeu scénique et des quelques mots de Chaoui commun aux Amazighs. Certains spectateurs se plaignaient de ne pas comprendre le dialogue qui défilait à toute allure.

J’ai juré de revoir la pièce le lendemain en arabe dialectal et c’est devenu un régal.

‘Zawajmekhbari’ (un mariage expérimental ou de laboratoire) est un texte d’Antoine Tchekov (la demande en mariage 1888) est interprété par un trio de Salah Boubir (réalisateur) qui joue le rôle du père, Aicha Messaoudi et Azedine Benamar.

L’histoire est une demande de mariage sous fond de querelles entre les trois intervenants sur des futilités. Déjà dans une société occidentale cela est ubuesque, transposez cette histoire dans notre milieu et le rire est garanti.

‘On dit que Tchekov est mort sur la dernière réplique de cette pièce, sur scène’.

Une réplique typiquement de chez nous aurait dit : ‘Hawjijayekhtob oula idabez’ (Que diable est-il venu demander la main de Samia ou la quereller) et la femme aussi ne lâche rien jusqu’à la fin…pour ne pas rester vieille fille, même si son père (l’ivrogne) ne sait pas où sont propres ses intérêts.

Très souvent les relations humaines sont minées par l’incompréhension, la prétention et la suffisance et quand on évacue l’inutile on retrouve la paix, la sérénité, l’amour.

Une pièce hilarante, bien jouée qui vous fait passer une bonne heure. On a même envie de participer au dialogue tant la scène dépasse son espace et le jeu devient presque réalité.

Finalement Batna 2015 laisse des traces, oui cette année-là où elle rafla prix et distinctions nationaux et internationaux. Son théâtre se maintient, le niveau y est et c’est le plus difficile. Si cette pièce passe du côté de chez vous allez la voir en amazigh ou en arabe c’est du pareil au même : du beau théâtre.

De notre correspondant à Mostaganem, Djamil Hadj Mohamed

Djamil Hadj Mohamed
Djamil Hadj Mohamed

Vérifiez également

Capture Nadjib St

Nadjib Stambouli, vous connaissez le journaliste, découvrez l’écrivain !

Peut-on écrire sur un auteur qu’on n’a pas lu ? Certes Non et si on le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

blog lam dep | toc dep | giam can nhanh

|

toc ngan dep 2016 | duong da dep | 999+ kieu vay dep 2016

| toc dep 2016 | du lichdia diem an uong

xem hai

the best premium magento themes

dat ten cho con

áo sơ mi nữ

giảm cân nhanh

kiểu tóc đẹp

đặt tên hay cho con

xu hướng thời trangPhunuso.vn

shop giày nữ

giày lười nữgiày thể thao nữthời trang f5Responsive WordPress Themenha cap 4 nong thonmau biet thu deptoc dephouse beautifulgiay the thao nugiay luoi nutạp chí phụ nữhardware resourcesshop giày lườithời trang nam hàn quốcgiày hàn quốcgiày nam 2015shop giày onlineáo sơ mi hàn quốcshop thời trang nam nữdiễn đàn người tiêu dùngdiễn đàn thời tranggiày thể thao nữ hcmphụ kiện thời trang giá rẻ