dimanche , 16 décembre 2018
Accueil / Culture / MOSTAGANEM : « BARRAGE DE BENI BEHDEL : SOUS LES EAUX UN CENTRE DE TORTURE » , UN DOCUMENTAIRE POIGNANT

MOSTAGANEM : « BARRAGE DE BENI BEHDEL : SOUS LES EAUX UN CENTRE DE TORTURE » , UN DOCUMENTAIRE POIGNANT

Quand on vous invite à une projection d’un documentaire à la cinémathèque ‘Cheikh Hamada’ et que l’on vous précise celui de Mostefa Abderahmane  ‘Barrage de Beni Behdel. Sous les eaux, un centre de torture’ (2015), cela ne se rate pas et j’ai bien fait.

En introduction, un membre de l’association des retraités de la wilaya de Mostaganem qui organisa cette manifestation est venu remercier le cinéaste et le public venu débattre après la projection d’ailleurs surpris par la présence de nombreux jeunes. Il profita pour annoncer que cette séance cinématographique est le prélude à la création d’un ciné-club en évoquant un instant la renommée du 1er ciné-club mostaganémois après l’indépendance dans cette même salle.

Parlons du film documentaire !

On a beau le voir plusieurs fois, Abderahmane Mostefa  vous émouvra par ces gros plans, ces images de visages burinés par le soleil et le poids des années mais surtout ces regards d’hommes et de femmes qui même silencieux vous racontent  la souffrance endurée ; le récit enregistré vient juste appuyer une émotion pour celles et ceux qui ne savent pas regarder un film.

Le documentaire porte sur un centre de torture aménagé sous le barrage de Beni Badhel dans la région de Tlemcen. Un autre documentaire après celui sur ‘les enfumades du Dahra’ un apport pour le patrimoine immatériel, un travail de mémoire qui nous manque tellement.

Sans budget, juste des bonnes volontés (un responsable de maison de jeunes odej), une caméra, une table de mixage empruntée, des voitures personnelles, une excursion de jeunes, quelques allers-retours) et le tour était joué. Un travail  qui servira l’historien de demain et surtout les générations futures.

Durant la présentation de son produit Mr Mostafa Abderahmane nous rappellera les circonstances dans lesquelles l’idée a germé :« Au mois d’octobre 2012, alors que je faisais un reportage sur les camps de concentration de la période coloniale française, à Skikda, précisément dans le massif de Collo, j’ai appris, par voie de presse, l’existence d’un centre de torture unique en son genre en Algérie, se trouvant dans les environs de Tlemcen .

De Skikda, l’idée est venue d’organiser une randonnée pour un groupe de jeunes de Mostaganem, passionnés de photographie, pour découvrir le barrage de Beni Behdel, site historique méconnu pour la plupart d’entre nous, situé à Beni Snouss, région aux mille martyrs qui a payé un lourd tribut lors de la guerre de libération nationale pour que vive l’Algérie»…

Il conclura, très ému autant que ses auditeurs à l’issue des débats : ces gens-là nous ont marqués à jamais, ils nous ont ouvert leur cœur et leur maison et nous ont racontés des histoires jamais relatées jusqu’à ce jour tel cette mère qui avoue devant son  fils du haut de ses 60 ans qu’il est né dans ce centre de torture et qu’un soldat français le prit par ses jambes pour lui dire ‘un futur fellagga’ en le balançant dans le foin ».

Ce documentaire ne vous laissera pas indifférent, il vous clouera sur votre siège jusqu’à la dernière image.

Comme le cinéaste est un optimiste, l’eau, son bruissement ses scintillements sous un beau soleil sera tellement présente tout au long du film qu’elle vous confirmera : la source de vie (bleue) supplantera toutes les souffrances, sévices, haine, et actes abjects…relevant du noir (sachant que le noir est en fait l’absence de couleurs).

Avec tout ça, le soleil de juillet brillera en 62 pour l’Algérie et NOTRE mémoire est restée intacte.

Novembre et Mawled nabaoui se commémorent comme il se doit à Mostaganem cette année.

Djamil Hadj Mohamed, Auteur – Ecrivain

Djamil Hadj Mohamed
Djamil Hadj Mohamed

 

 

Vérifiez également

1

MOSTAGANEM : UNE « SOCIETE CIVILE » A ASSAINIR

Un sujet qui m’interpelle chaque jour quand je lis les termes de ‘Société civile’ dont …

un commentaire

  1. Abdelaziz KRIDECH

    J’ai eu la triple chance de voir le film de faire une visite sur les lieux du barrage beni bahdel de connaître les vrais Moudjahidines de la région de Beni Snouss et d’être accompagné par des Femmes et des Hommes qui ont participé à la création du film et à leur tête notre Grand frère Abderrahmène Mostefa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

blog lam dep | toc dep | giam can nhanh

|

toc ngan dep 2016 | duong da dep | 999+ kieu vay dep 2016

| toc dep 2016 | du lichdia diem an uong

xem hai

the best premium magento themes

dat ten cho con

áo sơ mi nữ

giảm cân nhanh

kiểu tóc đẹp

đặt tên hay cho con

xu hướng thời trangPhunuso.vn

shop giày nữ

giày lười nữgiày thể thao nữthời trang f5Responsive WordPress Themenha cap 4 nong thonmau biet thu deptoc dephouse beautifulgiay the thao nugiay luoi nutạp chí phụ nữhardware resourcesshop giày lườithời trang nam hàn quốcgiày hàn quốcgiày nam 2015shop giày onlineáo sơ mi hàn quốcshop thời trang nam nữdiễn đàn người tiêu dùngdiễn đàn thời tranggiày thể thao nữ hcmphụ kiện thời trang giá rẻ