mardi , 24 octobre 2017
Accueil / Culture / Le Melhoun se fête à Mostaganem !

Le Melhoun se fête à Mostaganem !

Le festival national de la poésie Melhoun dans sa 5ème édition c’est aussi une fête pendant quatre jours du 14 au 17 à la Maison de la culture ‘OuldAbderahmane Kaki’ de Mostaganem.

Oui, quatre soirées qu’il ne fallait pas rater en aucun cas.

De la poésie déclamée, de la musique ‘chaabi’ ‘bedouie’ ou andalouss ou encore moderne avec des chanteuses et chanteurs connus. Tous avec leur production personnelle ou leur interprétation de textes écrits par les grands poètes du melhoun avec en tête le chantre et laudateur du prohète Sidi Lakhdar Belkhouf auquel est dédiée cette édition.

Le spectacle d’ouverture avec Rachid Djerourou comme aède annonçant les grands du Melhoune et les divers styles, était de toute beauté.

Cheikh Ahmed Zeguiche (l’enfant de Mostaganem disparu le lendemain de la journée de l’artiste un vendredi de ramadan 9 juin) a reçu un hommage en soirée d’ouverture. Les spectateurs se souviendront encore et encore de ses Qacidates qu’il aimait bien interpréter au bon plaisir de son public et surtout des adeptes et disciples du pionnier du Melhoun chaque septembre dans l’espace du mausolée du Salih.

A la soirée de clôture, Cheikh Charef Benkhira (1919-1990) recevra un hommage appuyé avec la diffusion d’un documentaire sur ce poète du bédouiqui marqua sa période avec ses écrits et récitals locaux. On se souviendra de son passage à la salle Atlas (Alger) 1969 probablement au 1er festival panafricain où une ovation du public ‘cosmopolite de l’époque’ lui fut réservée à l’issue de sa prestation. L’hommage fut rendu à sa fille et la surprise de taille à laquelle personne ne s’attendait est qu’elle put, malgré l’émotion qui l’envahit, de déclamer les 1ers vers d’une de ses qacidates. La qualité de sa poésie signa sa filiation et son inscription pour la 6ème édition du Festival.

Une pléiade de poétesses et de poètes connus dans la région de Mostaganem et d’autres contrées de l’Algérie a défilé sur la scène en début de chaque soirée. Ils mériteraient qu’on les citât tous par respect à leur produit et surtout pour les encourager à persévérer dans l’écriture du Melhoun (un art populaire) qu’on prétendit qu’il appartenait essentiellement aux ‘paysans’ (bedouie = terme qui vient de badia (la campagne) alors que le chaâbi (populaire) était plus citadin (du fait probablement de la variété des instruments de musique et également des interprètes résidant dans la ville).

On n’oubliera pas tout de même pour cette édition Cheikh Yacine Ouahed (Alger) si pétillant, Mme Bourai Djedjga (Tizi-Ouzou) Amazigh jusqu’aux bouts des ongles, Khaled Boukhari, Chahlal Yacine, cheikh Abdelkader Arabi si rebelle (Mostaganem) ou Amar Bouaziz (Biskra) si docte et enfin Mme Aouicha Boumediene (Tiaret) si femme ‘gueblie’.

Des concerts de chants melhoun bédouin ont été programmés à chaque soirée de Hadjadj (ex Bosquet), Ain Tedles Bouguirat, Sirat, Mesra et Mostaganem pour perpétuer la tradition ancestrale faire revivre les tirades du Melhoun dans cette mélodie particulière au rythme redondant du son de la flute si venteux qu’il impose un sentiment de tristesse ou de concentration sur soi ou mieux une forme de repli pour mieux rebondir).

La musique chaâbi eut ses droits ; elle s’impose de fait au bon plaisir de ses fans (et il y en a encore, pour combien de temps ?). L’omniprésent cheikh de Mostaganem Rachid Guettafa fit l’ouverture et vous met en appétit ou encore Cheikh de BedjaiaArchouri Mokhtar qui apprivoise le public en amazigh. En seconde journée Djillai Benbouziane (Mostaganem)et Samir Toumi (Alger) ont subjugué le public.

La troisième soirée a été réservée à Cheikh Nourredine Benattia (Dirigeant de l’association fenouanachat de Mostaganem) interprétera avec brio des Qacidates puisées dans son répertoire quant à Abdelkader Chaâou, présent aux évènements locaux emballera l’assistance avec ses tubes et fera danser les jeunes

Le clou de la soirée de clôture sera réservée à la gent féminine avec l’ensemble de l’Association fenoua Nachatqui accompagnera également les interprètes Amina Zohir Meriem,Hasna Henni (Alger) et enfin Meriem Benallel (Tlemcen) qui enchantera le public avec sa voix douce.

En conclusion, Abdelkader Bendameche, dans sa modestie habituelle,attribue la réussite de ce festival à toute l’équipe et au public mais tout de même une mention spéciale pour ce commissaire à qui on lui souhaite d’autres succès et de maintenir ce festival en septembre afin d’éviter la ruée des estivants aoutiens peu enclins à cet art. Une remarque de taille est à souligner, le représentant de la Wilaya en l’occurrence Mr Messaoud Hadjadj Secrétaire Général n’a pas voulu quitter la salle ni à la séance d’ouverture ni celle de la clôture eu égard aux artistes et rien que pour ça il force le respect.

De notre correspondant à Mostaganem, Djamil Hadj Mohamed

 Djamil Hadj Mohamed
Djamil Hadj Mohamed

Vérifiez également

Capture Nadjib St

Nadjib Stambouli, vous connaissez le journaliste, découvrez l’écrivain !

Peut-on écrire sur un auteur qu’on n’a pas lu ? Certes Non et si on le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

blog lam dep | toc dep | giam can nhanh

|

toc ngan dep 2016 | duong da dep | 999+ kieu vay dep 2016

| toc dep 2016 | du lichdia diem an uong

xem hai

the best premium magento themes

dat ten cho con

áo sơ mi nữ

giảm cân nhanh

kiểu tóc đẹp

đặt tên hay cho con

xu hướng thời trangPhunuso.vn

shop giày nữ

giày lười nữgiày thể thao nữthời trang f5Responsive WordPress Themenha cap 4 nong thonmau biet thu deptoc dephouse beautifulgiay the thao nugiay luoi nutạp chí phụ nữhardware resourcesshop giày lườithời trang nam hàn quốcgiày hàn quốcgiày nam 2015shop giày onlineáo sơ mi hàn quốcshop thời trang nam nữdiễn đàn người tiêu dùngdiễn đàn thời tranggiày thể thao nữ hcmphụ kiện thời trang giá rẻ